Inter-relation entre : Métabolisme et Épigénétique

Il y a la génétique et ce qui tourne autour et en influence l’expression: l’épigénétique.  
.
Chacune de nos cellules contient l’ensemble de notre patrimoine génétique : 46 chromosomes hérités de nos parents sur lesquels on compte environ 25 000 gènes. Mais si toutes nos cellules contiennent la même information, elles n’en font visiblement pas toutes le même usage : une cellule de la peau ne ressemble en rien à un neurone, une cellule du foie n’a pas les mêmes fonctions qu’une cellule du cœur. De même, deux jumeaux qui partagent le même génome ne sont jamais parfaitement identiques ! Dans ces exemples et dans bien d’autres, la clé du mystère se nomme « épigénétique ».  (INSERM, fév. 2015)
.
Cette science récente a été découverte lorsque les lois de l’hérédité étaient mises à mal ou à défaut… quand les descendants des détenus survivants de camps de concentration gardaient dans leur génome des cicatrices nutritionnelles des sévices subis. Quand les bébés de parents obèses devenus adultes portaient les désordres métaboliques de leurs parents. Quand l’adaptation nutritionnelle à un passé lointain resurgit au bon moment chez le descendant immigré… (Extrait d’une lettre d’information destinée aux médecins, avril 2016  ICI )
 
.

Fille ou garçon : chromosome X

Un autre phénomène épigénétique bien décrit concerne l’inactivation du chromosome X chez les mammifères femelles. Alors que les cellules des mâles compte un seul chromosome X (accompagné d’un chromosome Y), les cellules des femelles en portent deux. Si les gènes des deux exemplaires du chromosome X s’expriment au cours du développement, l’embryon meurt très vite, « intoxiqué » par une double dose des protéines. C’est pourquoi un mécanisme épigénétique conduit à la mise sous silence d’un des deux chromosomes X dans les cellules femelles.
.
Concrètement, ces modifications sont matérialisées par des marques biochimiques, apposées par des enzymes spécialisées sur l’ADN ou sur des protéines qui le structurent, les histones (voir encadré ci-dessous). Les marques les mieux caractérisées sont les groupements méthyle (CH3 : un atome de carbone et trois d’hydrogène) apposés sur l’ADN, ainsi que diverses modifications chimiques des histones (méthylation, acétylation…).
.
Schema Epigenetique_Gene INSERM 2015jc
Crédit photo INSERM 2015
Infographie détaillée ICI
Pour plus de détails scientifiques sur épigénétique, consultez le dossier de l’INSERM ICI
.

Cas du gène BAHD1 : cholestérol, oestrogène et prise de poids

Des chercheurs de l’Inra, en association avec des collègues de l’Institut Pasteur, de l’Inserm, du CNRS et de l’Université de Cambridge (Royaume-Uni), révèlent ICI qu’une protéine (BAHD1) participe aux mécanismes de régulation du taux de cholestérol et de la prise de poids, en contrôlant l’expression de certains gènes par des phénomènes épigénétiques. Ces résultats publiés le 3 Mars 2016 dans la revue PLoS Genetics pourraient ouvrir la voie à la recherche de nouvelles thérapies contre l’obésité, le diabète, et les maladies cardiovasculaires.
« Les résultats montrent que ces mécanismes épigénétiques agissent comme une commande du stockage ou de la consommation d’énergie dans l’organisme, à différentes phases de la vie. »…
« Ce sont des variations dans l’activité des gènes qui interviennent non pas par des mutations dans la séquence de l’ADN »
« BAHD1 régule l’expression d’un gène codant pour un récepteur aux oestrogènes (des hormones sexuelles qui influencent le poids) en agissant sur la méthylation de l’ADN et des histones dans la région de ce gène. »
.
.

Facteurs épigénétiques: réversibles et irréversibles

Les études en cours (juin 2016) tendent à démontrer que l’expression de nos gènes est modulée (modifiée) par des facteurs épigénétiques issus de notre métabolisme et serait donc une adaptation au niveau nucléaire (au sein du noyau de nos cellules et de notre ADN) face aux changements environnementaux (nourriture, fumée, pesticides, alcool, drogues, … ingérés, inhalés ou absorbés par notre peau) sur 2 à 3 générations !  (même lorsque les ovaires du fœtus ou le père en devenir sont en développement)  et pas seulement au cours de notre propre vie individuelle.

.

Effets à court et à long terme

Par ailleurs, l’influence des facteurs épigénétiques sur notre corps adulte serait réversible et le phénomène est transitoire… dans d’autre cas,  fœtus ou très jeunes bébés en développement par exemple, il existe des modifications épigénétiques qui persistent même lorsque le signal qui les a induites disparaît.
.
Des preuves récentes indiquent maintenant que des modifications épigénétiques contribuent à ces défauts cellulaires, par exemple le silençage épigénétique des enzymes détoxifiantes, des gènes suppresseurs de tumeurs, des gènes induisant une apoptose et réparation de l’ADN… On découvre aujourd’hui le potentiel des agents de chimio-prévention naturels pour lutter contre ces altérations épigénétiques liées au cancer en influençant l’activité ou l’expression d’ADN méthyl-transférases et enzymes de modification des histones.
.
Les agents de chimio-prévention qui ciblent l’épigénome comprennent des micronutriments comme les folates, l’acide rétinoïque,et le sélénium, lesp olyphénols de thé vert, de pommes, du café, des framboises noires, etc., la génistéine et les isoflavones de soja, la curcumine, le resvératrol, la dihydrocoumarine, l’acide nordihydroguaïarétique (NDGA), le lycopène, l’acide anacardique, le garcinol, les constituants des espèces d’Allium et les légumes crucifères, y compris indole-3-carbinol (I3C), diindolylméthane (DIM), le sulforaphane, l’isothiocyanate phényléthyle (PEITC),  isothiocyanate phénylhexyle(PHI), lediallyldisulfide(DADS)et sonmétabolite l’allyle mercaptan (AM), le cambinol, et des modulateurs relativement inexplorés de l’histone lysine méthylation (chaetocin, analogues de polyamines).
(Extrait d’une lettre d’information destinée aux médecins, avril 2016  ICI )
.

.
Il y a donc matière à réflexion pour ne pas remettre à plus tard  nos « bonnes résolutions » afin d’exercer notre pouvoir d’AGIR POUR NE PAS SUBIR (notre « génétique ») et ainsi DÉCIDER d’améliorer nos modes de vie pour nous mêmes et également pour nos descendants encore à concevoir.
.
Publicités

A propos Nutri Soins Santé

Biochimiste-Nutrithérapeute qui, suite à plus de 30 ans d'expérience en recherche, développement et production biotechnologique et biopharmaceutique . Maintenant convaincue qu'on peut et qu'on doit prendre sa santé en mains par nos choix quotidiens (mode de vie, alimentation) j'offre un service de consultation privée. Je suis déterminée à aider les gens qui n'ont pas le temps ou les connaissances pour prendre des décisions éclairées par une meilleure compréhension des phénomènes impliqués dans les multiples réactions et interactions que notre corps vit quotidiennement. On peut éviter de compter quasi exclusivement sur les médicaments de l'industrie pharmaceutique pour faire face à la plupart des maux qui nous affectent au cours de notre vie. Ainsi la population pourra vieillir encore longtemps, autonome CAR en bonne santé. Tout ceci sans "vivre au-dessus de ses moyens financiers" et ne plus dépendre des Caisse d'Assurance Maladie lié à un système de santé débordé et de plus en plus inefficace (délai d'attente de plusieurs mois, traitements plus ou moins efficace avec des effets secondaires non négligeable et bien trop onéreux et inabordable pour la majorité de la population mondiale).
Cet article, publié dans épigénétique, Nutrithérapie, Références, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s