Est-ce que le glutamate : GSM, MSG, glutamate mono sodique…est néfaste?

(modifié le 09 février 2015)

Méfiez-vous du glutamate !  et d’autres produits dont l’aspartame, encore une fois surtout « toxique » chez les jeunes enfants en pleine croissance.   Pour les adultes, les réactions dépendent de la sensibilité individuelle…  Les enfants sont les plus vulnérables d’après des études montrant un effet négatif du MSG sur le développement / l’activité du cerveau.

L’intolérance au MSG (réaction au MSG et non allergie car le système immunitaire n’est pas impliqué dans la réponse du corps à cet intrus) est variable d’un individu à un autre (homme, femme, enfant) et les réactions découlant du MSG sont très variées… selon les prédispositions de chacun; donc un diagnostic précis est difficile et long… à confirmer.

Plusieurs études montrent que le MSG n’est pas toxique… pour la majorité de la population… dans les doses utilisées en agro-aglimentaire lorsqu’on prend ces produits un par un.  Il peut y avoir des effets indésirables dus au surdosage par accumulation des différentes sources quotidiennes.

Dans son livre «l’Empoisonnement Lent de l’Amérique», John Erb, assistant de recherche à l’Université de Waterloo en Ontario au Canada, écrit que le MSG est ajouté à l’alimentation pour l’effet de dépendance que ça provoque chez l’humain.  Même les lobbyistes soutenant l’utilisation du MSG avouent que la raison pour laquelle ils l’ajoutent à l’alimentation est pour faire manger davantage les gens, donc pour augmenter leur chiffre d’affaires à moindre coût!  Ça n’aide donc pas à contrôler les portions alimentaires consommées par une population comptant de plus en plus de personnes obèses.

Le MSG est présent dans de nombreux produits alimentaires:

Les soupes et bouillons pour soupes (conserves et sachets), les croustilles et chips assaisonnées, les sauces à salades, les marinades, les sauces instantanées ou préparées (bouteilles, sachets), les pizza, les repas préparés surgelés, particulièrement les produits faibles en calories afin d’en augmenter l’intérêt gustatif, etc.

Il est important de prendre conscience des risques pour nos enfants et nous.  Les cas de surdose sont réels même si le nombre de personnes n’est pas connu officiellement.  Les autorités réglementaires ont exigé le retrait du MSG dans les aliments pour bébés… ça fait beaucoup du monde!     De plus, une surdose (overdose) peut survenir lorsqu’une même personne consomme dans un même repas divers aliments  dont plusieurs d’entre eux contiennent du MSG… l’effet dépend de la dose… la dose s’accumule avec la consommation d’aliments préparés avec du MSG (pur ou ses dérivés)… Ce qui explique les fluctuations de malaises avec la difficulté à identifier la cause précise….

La source de glutamate a aussi son importance car une conformation différente de la forme naturelle peut avoir des effets négatifs plus importants car notre corps ne peut pas le métaboliser correctement (le transformer ou l’éliminer) résultant en une intoxication (empoisonnement) avec une liste de signes ci-dessous

Certains signes d’intoxication au glutamate:

  • nausées,
  • vomissements,
  • d’aphtes,
  • de courbatures,
  • de vertiges,
  • de douleurs oculaires,
  • de céphalées,
  • de crises d’asthme,
  • de réaction allergiques,
  • de salivation abondante,
  • de surpoids,
  • de diabète,
  • éruptions cutanées plus ou moins marquées,
  • de troubles du rythme cardiaque,
  • de douleurs articulaires voir de paralysies plus ou moins momentanées,
  • de trouble de l’appétit (envie constante de manger)

Et à fortes doses cela peut aller jusqu’aux :

  • crise de convulsions épileptiformes,
  • diarrhées,
  • troubles de l’humeur,
  • confusion mentale,
  • crises d’anxiétés,
  • troubles du comportement surtout chez les enfants… du comportement surtout chez les enfants…

source: http://www.ladietetiquedutao.com/glutamate.html

Sources multiples de glutamate / MSG:

Et si vous voulez éviter le glutamate… attention dans les restaurants et à l’épicerie ! et ne prenez pas les articles où vous trouvez une des dénominations suivantes (le contenu en MSG peut varier de manière importante selon la quantité ajoutée): 

      • ACCENT (=MSG à près de 100%)
      • Aginomoto
      • Acide glutamique : plats cuisinés, surgelés
      • Carragénine : sauces préparées, plats cuisinés, surgelés, glaces
      • Caséinate de calcium
      • Extrait de levure : toutes les pâtisseries, crèmes pâtissières industrielles
      • Extrait de malt : biscuits (y compris bio), 10% de la farine française est de la farine de malt de blé
      • Extrait solide de lait / protéines de petit lait: yaourt, lait, crème pâtissière industrielle
      • Farine de soja : dans presque toutes les farines industrielles
      • Gélatine alimentaire : sauces préparées, plats cuisinés, surgelés, glaces
      • Huiles hydrogénées : biscuits, biscuits apéritifs, plats cuisinés, médicaments
      • Levure autolysée / hydrolysée:  pains industriels et nombreux pains « artisanaux »
      • Maltodextrine : même dans les produits bio ! 
      • Monosodium glutamate (MSG) biscuits pour enfants, biscuits apéritifs, bouillons Kub, viande crue en supermarché, sauces préparées, petits pots
      • Monopotassium glutamate
      • Natural Meat Tenderizer (=Attendrissant Naturel pour Viande )
      • Protéines hydrogénées : plats cuisinés

Vous le trouverez dans plus de 200 médicaments en pharmacie sous les différents codes (E6xx) et noms chimiques du glutamate sur: Le blog de l’information alternative et de la santé naturelle

Voici une liste complète des sources cachées de MSG

(en anglais) : ICI  

Si vous préférez, regardez la vidéo : Ce reportage d’une émission télévisée américaine fait le point sur le glutamate mono sodique (GMS ou MSG).  Le MSG ajouté sous forme chimique (pur) doit être identifié sur les produits de consommation lorsqu’il sert à rehausser la saveur.  Il y a le MSG  « pur produit chimique » et ses dérivés qui en cachent… les « produits hydrolysés »… saveurs… etc.  L’industrie alimentaire l’utilise « à toutes les sauces » car ça lui permet d’augmenter sa profitabilité !  Même saveur finale avec moins d’ingrédients coûteux (bouillon de poulet fait avec …..moins de poulet lorsqu’on met du MSG !).  On relève par exemple qu’aux restaurants de la chaîne PFK (Kentucky fried chicken), le MSG était dans chaque plat de poulet, sauce à salade et la sauce brune.

Etudes, témoignages et experts sont d’avis que le glutamate mono sodique est un tueur lent, mais implacable. Il est partout, dans tout, sait se cacher sous différentes appellation et est protégé par le lobbying alimentaire jusqu’aux autorités réglementaires  (FDA) !   Est-ce vraiment pour notre bien ?  Sont-ils impartiaux? Pouvons-nous leur faire une confiance aveugle?…

Témoignages et autres avis:

Un peu d’histoire… Vers 1910 début de la production de GMS par la firme japonaise Ajinomoto qui possède de nos jours des usines dans le monde entier et même en France (A)

  •  1976 : Rapide augmentation de la production de GMS : 262 000 tonnes.
  •  1995 : 800 000 tonnes.
  •  1999 : 1,3 millions de tonnes
  •  2003: Plus de 1,5 Million de tonnes ;

dont 80 % seraient consommé en Asie mais quand même 95 000 tonnes en Europe (E)

Un cas vécu:

Depuis l’an 2000, je fais de l’intolérance au glutamate, cela a été confirmé par des tests chez un allergologue. Pour moi c’est un poison.

Les effets commencent à se faire sentir 4 heures après l’ingestion : chute de tension, vertiges, des spasmes douloureux dans le ventre, l’impression de se « vider », la langue épaisse, manque de salive, raideur des articulations… La dernière crise a été assez violente, j’ai vraiment cru mourir.  J’ai l’impression que les réactions sont de plus en plus fortes.
La politique de santé veut que l’on mette moins de sel dans les produits alimentaires (c’est très bien) MAIS on le remplace par du glutamate.

Quantités de glutamate dans la nature:

En plus de l’apport par le biais de l’alimentation, l’acide glutamatique est également produit dans le corps (48g/jour). Même le lait maternel contient de l’acide glutamatique (0.022 g/100g). L’acide glutamatique est présent à l’état naturel dans beaucoup d’aliments, comme par exemple dans les tomates (0.140g/100g), le parmesan (1.200 g/100g) ou la volaille (0.044 g/100g). Dans les pays occidentaux, la quantité de GMS consommée par le biais de l’alimentation sous forme d’additif est en moyenne de 0.4 g, dans les pays asiatiques elle est d’environ 3 g.

Syndrome du Restaurant-Chinois

Il y a plusieurs décennies, on a décrit pour la première fois aux Etats-Unis le « China-Restaurant Syndrom » dont les symptômes étaient par exemple des maux de tête, des palpitations et le gonflement des muqueuses; ceux-ci ont été mis sur le compte d’une consommation excessive de GMS (5 g et plus).  Cette relation n’a jamais pu être prouvée par aucune étude scientifique.

Le « syndrome du restaurant chinois » frappe chaque année des milliers de personnes à travers le monde. Les symptômes apparaissent au cours de la digestion d’un porc à la sauce aigre-douce ou d’un canard aux cinq parfums. Ils peuvent même survenir à peine les baguettes posées. Le sujet commence alors à se plaindre de brûlures à la cage thoracique, brûlures qui gagnent vite les épaules. La douleur provoque ensuite une paralysie du cou et des mâchoires, des maux de tête terribles et une forte sensation d’oppression, façon grand hystérique…. Aujourd’hui, le mystère du « syndrome du restaurant chinois » reste entier. On suspecterait maintenant l’histamine, une molécule produite par la fermentation de certains aliments comme le soja, le haricot noir et la pâte de crevette. Bref, les études pataugent encore dans le riz gluant…

Publicités

A propos Nutri Soins Santé

Biochimiste-Nutrithérapeute qui, suite à plus de 30 ans d'expérience en recherche, développement et production biotechnologique et biopharmaceutique . Maintenant convaincue qu'on peut et qu'on doit prendre sa santé en mains par nos choix quotidiens (mode de vie, alimentation) j'offre un service de consultation privée. Je suis déterminée à aider les gens qui n'ont pas le temps ou les connaissances pour prendre des décisions éclairées par une meilleure compréhension des phénomènes impliqués dans les multiples réactions et interactions que notre corps vit quotidiennement. On peut éviter de compter quasi exclusivement sur les médicaments de l'industrie pharmaceutique pour faire face à la plupart des maux qui nous affectent au cours de notre vie. Ainsi la population pourra vieillir encore longtemps, autonome CAR en bonne santé. Tout ceci sans "vivre au-dessus de ses moyens financiers" et ne plus dépendre des Caisse d'Assurance Maladie lié à un système de santé débordé et de plus en plus inefficace (délai d'attente de plusieurs mois, traitements plus ou moins efficace avec des effets secondaires non négligeable et bien trop onéreux et inabordable pour la majorité de la population mondiale).
Cet article, publié dans Intolérances alimentaires, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s