Effet du microbiote sur notre santé: obésité et diabète de type II

Figure Effet de bactéries du microbiote sur le poids de souris

Une composition plus riche et plus diversifiée des bactéries intestinales est synonyme d’une santé plus forte

Source : infolettre de novembre 2013 du CMDQ

Les personnes ayant moins d’espèces bactériennes dans leurs intestins sont plus susceptibles de développer des complications telles que les maladies cardiovasculaires et le diabète. Les nouveaux résultats, publiés dans la revue Nature (Nature Volume:500, Pages:541–546; 29 August 2013; doi: 10.1038/nature 12506), trouvent un lien entre la richesse d’espèces de bactéries dans notre intestin et la susceptibilité à des complications métaboliques liées à l’obésité.

Il s’agit d’un résultat étonnant avec possiblement des implications énormes pour le traitement et même la prévention du problème général de santé gastrique de notre époque. Les personnes ayant une richesse bactérienne faible (23% de la population) sont caractérisées par une adiposité plus marquée dans l’ensemble, une résistance à l’insuline et de la dyslipidémie et un phénotype inflammatoire plus marqué.

L’intestin, avec ses 100 millions de neurones, est également connu comme notre «second cerveau». L’intestin humain héberge une communauté microbienne extrêmement complexe, diversifiée et vaste, appelée microflore intestinale ou microbiote. On estime qu’elle compte environ 1 100 espèces très répandues, avec environ 160 de ces espèces par individu et un poids d’à peu près 3,5 livres. Cependant, il est probable que 99 % des bactéries viennent d’environ 30 ou 40 espèces. Dans son ensemble, on estime que la microflore a 150 fois plus de gènes que nos propres génomes hôtes.

Il est tentant d’envisager le type de stratégies que cette nouvelle classification pourrait apporter dans la lutte contre l’obésité et les maladies métaboliques. Elle suggère la possibilité d’identifier via le microbiome les personnes qui, bien qu’obèses, peuvent être relativement en bonne santé, et d’alerter celles qui ne sont peut-être pas encore obèses ou ne souffrent pas d’une maladie métabolique, qu’elles sont peut-être plus exposées aux deux.

Les mécanismes par lesquels le microbiote intestinal affecte les maladies métaboliques suivent deux grands axes: (1) la réponse immunitaire innée des composants structuraux des bactéries (par exemple, le lipopolysaccharide) qui conduit à une inflammation ; et (2) les métabolites bactériens des composés alimentaires (par exemple, les acides gras volatils des fibres), qui ont des activités biologiques qui régulent les fonctions de l’hôte.

Une étude publiée dans le « European Journal of Clinical Nutrition » constate une diminution de la graisse abdominale après la prise de compléments alimentaires contenant la bactérie Lactobacillus gasseri chez certaines personnes. L’ajout de la bactérie a augmenté l’épaisseur de la barrière muqueuse de l’intestin, qui arrête certains matériaux passant par l’intestin dans le sang. Cet ajout a également modifié les signaux chimiques provenant du système digestif, ce qui a conduit à des changements dans la façon dont la graisse était traitée ailleurs dans le corps. Des résultats similaires ont été obtenus par l’ajout d’un type de fibre aux régimes alimentaires, ce qui a conduit à une augmentation des niveaux d’Akkermansia muciniphila.  Ceci est l’un des « premiers pas » vers « l’utilisation éventuelle de ces bactéries dans la prévention ou le traitement de l’obésité et du diabète de type 2 » et vers une certaine forme de thérapie à base de bactéries « dans un avenir proche ».

Une équipe belge de l’université catholique de Louvain vient d’attribuer une nouvelle fonction à une espèce de bactéries intestinales, Akkermansia muciniphila. Elle jouerait un rôle prépondérant dans le contrôle de l’obésité et du diabète de type 2.

La bactérie Akkermansia muciniphila représente entre 3 et 5 % des microbes contenus dans les intestins. Cependant, chez les Hommes et les souris obèses, cette proportion est nettement plus faible. Au vu de ces résultats, les chercheurs ont voulu comprendre le rôle de ce microbe dans le développement de l’obésité.

Ces travaux sont publiés dans la revue Pnas : (résumé ci-dessous)

L’obésité et le diabète de type 2 sont caractérisés par le microbiote intestinal altéré, l’inflammation et rupture de la barrière intestinale. La composition microbienne et les mécanismes d’interaction avec l’hôte qui affectent la fonction de barrière intestinale dans les conditions d’obésité et de diabète de type 2 n’ont pas été élucidées. Nous avons récemment isolé Akkermansia muciniphila , qui est une bactérie dégradant la mucine qui réside dans la couche de mucus. La présence de cette bactérie est inversement corrélée avec le poids corporel chez les rongeurs et les humains (plus elle est présente et plus le poids est faible). Cependant, les rôles physiologiques précis joués par cette bactérie au cours des troubles de l’obésité et du métabolisme sont inconnus. Cette étude a démontré que l’abondance de A. muciniphila a diminué chez les souris obèses et diabétiques de type 2. Nous avons également observé qu’une alimentation en prébiotique normalisée abondante en A. muciniphila, était en corrélation avec un profil métabolique améliorée. En outre, nous avons démontré qu’un traitement A. muciniphila a renversé les troubles métaboliques induits par l’alimentation riche en graisses, y compris le gain de masse graisseuse, l’endotoxémie métabolique, l’inflammation des tissus adipeux et la résistance à l’insuline. L’administration de A. muciniphila augmenté les niveaux intestinaux d’endocannabinoïdes qui contrôlent l’inflammation, la barrière de l’intestin et  la sécrétion de peptides intestinaux. Enfin, nous avons démontré que tous ces effets doivent A. muciniphila vivant parce que le traitement avec des cellules inactivées par la chaleur n’a pas amélioré le profil métabolique ni l’épaisseur de la couche de mucus. En résumé, cette étude fournit des renseignements importants sur les mécanismes complexes de régulation bactérienne (ie , A. muciniphila ) de la diaphonie entre l’hôte et le microbiote intestinal . Ces résultats fournissent également une justification pour le développement d’un traitement qui utilise ce colonisateur de mucus humain pour la prévention ou le traitement de l’obésité et des troubles métaboliques associés.

Dans un autre article, l’auteur suggère que la bactérie communique avec les cellules de la muqueuse intestinale de l’hôte et le système immunitaire. A. muciniphila envoie un signal qui modifie la production de molécules anti-microbiennes, tout en augmentant la production de mucus. D’autres études sont en cours…

Pour plus d’info, voir La flore intestinale, responsable de notre poids ?

Autres articles au sujet du microbiote sur ce site

Fig 1.  Backhed F, Ding H, Wang T, et al. The gut microbiota as an environmental factor that regulates fat storage. Proc Natl Acad Sci USA 2004;101:15718-23.
Publicités

A propos Nutri Soins Santé

Biochimiste-Nutrithérapeute qui, suite à plus de 30 ans d'expérience en recherche, développement et production biotechnologique et biopharmaceutique . Maintenant convaincue qu'on peut et qu'on doit prendre sa santé en mains par nos choix quotidiens (mode de vie, alimentation) j'offre un service de consultation privée. Je suis déterminée à aider les gens qui n'ont pas le temps ou les connaissances pour prendre des décisions éclairées par une meilleure compréhension des phénomènes impliqués dans les multiples réactions et interactions que notre corps vit quotidiennement. On peut éviter de compter quasi exclusivement sur les médicaments de l'industrie pharmaceutique pour faire face à la plupart des maux qui nous affectent au cours de notre vie. Ainsi la population pourra vieillir encore longtemps, autonome CAR en bonne santé. Tout ceci sans "vivre au-dessus de ses moyens financiers" et ne plus dépendre des Caisse d'Assurance Maladie lié à un système de santé débordé et de plus en plus inefficace (délai d'attente de plusieurs mois, traitements plus ou moins efficace avec des effets secondaires non négligeable et bien trop onéreux et inabordable pour la majorité de la population mondiale).
Cet article a été publié dans Microbiote, Nutrithérapie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Effet du microbiote sur notre santé: obésité et diabète de type II

  1. Alice Edery dit :

    Mais après la perte de poids comment fait on pour la stabilisation ?

    • Je dirais que la manière qui a conduit à la perte de poids influence la suite … Si vous avez modifié considérablement et durablement vos habitudes de vie (mouvement, alimentation et probiotiques entre autres choses), il est probable que vous ayiez atteint un équilibre durable. Sinon, vous connaîtrez l’effet yoyo indésirable. Je ne peux donner des conseils personnalisés que lorsque je connais les détails en consultation privée. N’hésitez pas à me contacter si vous avez besoin d’aide. Bonne continuation.

  2. Micheline dit :

    C’est très intéressant. On néglige souvent les fonctions de cet organe. Merci!

    • Les intestins ne sont vraiment pas à négliger, car ils sont d’une très grande importance comme tous les autres émonctoires. On surnomme les intestins notre deuxième cerveau; c’est peu dire.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s